Conférence d’Astronomie le 12 mai à 20H30

La Saplimoges a le plaisir de vous inviter à sa 33ème conférence d’astronomie qui aura lieu :

 Vendredi 12 mai 2017 à 20H30
à l’amphithéâtre Billy de la Faculté des Sciences et Techniques, 123 avenue Albert Thomas,

Animée par : Matteo BARSUGLIA,
Directeur de Recherche au CNRS, Laboratoire Astroparticule et Cosmologie, Paris.
Impliqué depuis 2008 dans le développement du projet VIRGO et l’analyse des données LIGO/VIRGO.

Elle aura pour thème :

La première détection des ondes gravitationnelles :
le début d’une nouvelle astronomie.
En physique, une onde gravitationnelle est définie comme une oscillation de l’espace-temps qui se propage à grande vitesse de son point d’origine. Pour comprendre, cette définition, il faut commencer par appréhender la notion d’espace-temps.

Jusqu’au début du XXème siècle, les évènements étaient représentés :

  • dans l’espace qui possède trois dimensions : la largeur, la hauteur, la profondeur
  • et dans le temps qui n’en a qu’une seule.

Espace et temps étaient alors considérés comme deux notions complètement indépendantes.

Après les travaux d’Einstein sur la relativité, ce n’est plus le cas :
Un évènement se positionne dans un concept appelé “espace-temps” caractérisé par ses 4 coordonnées : 3 d’espace et 1 de temps qui, cette fois, dépendent toutes du référentiel de mesure.
Autrement dit, avec l’introduction de la relativité, c’est l’espace-temps et lui seul qui devient un concept unifié invariant quel que soit le référentiel choisi, tandis que ses 4 composantes en sont des aspects qui dépendent toutes du point de vue d’observation.

Les conséquences de cette nouvelle approche sont étonnantes :

  • Le temps n’est plus absolu : ce n’est plus le même si on change de référentiel.
  • De même pour l’espace, la longueur des objets diffère selon le référentiel de mesure.

Cette notion, difficile à admettre et à comprendre, longtemps controversée, même par son auteur, ne pouvait être prouvée que par l’expérience.

Matteo Barsuglia apportera cette preuve au cours de sa conférence :
Le 14 septembre 2015, les 2 interféromètres (appareils capables de mesurer de très faibles variations de longueur) du projet LIGO ont effectué pour la première fois une détection directe des ondes gravitationnelles. Le signal a été produit par la fusion de deux trous noirs à environ 1,3 milliard d’années-lumière.
Après un siècle, la prédiction d’Albert Einstein sur l’existence de ces vibrations de la géométrie de l’espace-temps a donc été vérifiée.
Matteo Barsuglia nous expliquera pourquoi cette découverte majeure ouvre la voie vers une nouvelle « Astronomie Gravitationnelle », qui devrait fournir des informations sur la structure de l’Univers complémentaires à celles qu’on peut obtenir avec les ondes électromagnétiques.
Il essaiera aussi de répondre clairement aux questions que nous ne manquerons pas de lui poser…

Conférence tout public
Entrée libre et gratuite.

Cette conférence est organisée par la Saplimoges avec le soutien de la Fondation Partenariale de l’Université, de la Faculté des Sciences et Techniques de Limoges et de l’IREM.

*************

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.